Dans la plupart des définitions, le jeu est défini comme une activité physique ou intellectuelle, non imposée, ne visant à aucune fin utilitaire et à laquelle on s’adonne par plaisir.

Lawrence Cohen précise  « Le jeu et l’humour permettent de rétablir un lien affectif fort entre parents et enfants. Dans la mesure où le jeu fournit une occasion de s’extérioriser et de passer de bons moments en famille, il libère aussi de la tension liée à l’éducation. Assurer son rôle de parent sur le mode ludique permet d’entrer dans le monde de l’enfant, sans le brusquer, en développant sa confiance en lui et en nous. Un enfant qui va bien donne libre cours à sa joie et à sa créativité par le biais du jeu- un moyen pour lui de s’approprier le monde, de l’explorer, de l’investir d’un sens et de se remettre de ses contrariétés. »

Ainsi, on voit que bien au-delà du simple fait de jouer, le jeu possède de nombreuses vertus et fonctions. Il permet d’explorer, d’expérimenter et d’exprimer librement des compétences cognitives, affectives et sociales. Il répond au besoin de l’enfant d’éprouver son propre pouvoir et son besoin d’être en lien. L’enfant existe par le jeu, il s’agit d’une sorte de refuge qui l’aide à accepter le monde de l’adulte.  

Le rôle du parent, de l’adulte qui entoure chaque enfant est d’accompagner en s’adaptant au fur et à mesure. Rester près de l’enfant tout en le laissant  faire mais aussi jouer avec en se laissant porter par l’imaginaire et en portant un regard toujours bienveillant.

Le jeu amène en dehors de la réalité. Les actes réalisés pendant ce moment sont des objets d’expérience émotionnelle et relationnelle de ce qui passe par la tête de l’enfant avec de nombreuses actions qui sont impossibles dans le monde réel (taper, frapper,  casser, démantibuler, réparer, diriger...). Le regard bienveillant se place ici dans le non jugement de l’action faite dans le jeu (ex : « Ah non, ça, ca ne se fait pas » ; « Non, ça,  ça ne se dit pas »), sans justement dériver dans  la réalité et sans immiscer notre réalité dans le jeu de l'enfant.

 

Les supports de jeux sont multiples et l’éveil se fait progressivement sur des formes de jeux différentes. Quelques indications globales :

DE 0 A 1 AN : JEU SENSORIEL

Les jouets d’éveil et de manipulation pour stimuler les différents sens  et permettre au bébé d’explorer. Le bébé a besoin de pouvoir agir sur ce qui l’entoure, il est guidé par la recherche de sensations. Son exploration sensorielle des objets se fait indépendamment de leur usage classique. Il adore mettre en bouche parce qu'en réalité, cela implique les yeux, les mains et la bouche, trois endroits très sensibles qui développent le système nerveux.

Par exemple, l’adulte peut proposer des  hochets, des mobiles, des jouets en tissus mais aussi des tableaux d’activités, des jouets pour le bain. Sans oublier les petites caresses et chatouilles qui seront une source de joie et de plaisir partagé. Les  jeux de coucou l’aideront à accepter que les objets, comme les personnes, s’en vont et reviennent. Des expériences qui lui permettront de développer un sentiment de sécurité intérieure qui sera nécessaire pour bien vivre, plus tard, les séparations.

L’adulte pourra veiller à proposer toutes ces activités ludiques avec parcimonie afin de créer un univers qui reste reposant pour le bébé.

 

La mise à disposition de livres pour permettre leur manipulation (en carton, en tissu…) donnera l’occasion au bébé puis à l’enfant d’expérimenter ces outils merveilleux. Ceux-ci lui permettront de développer son langage, sa connaissance du monde et même son apprentissage ultérieur de l’écrit. Il a besoin de les toucher, les observer, les faire tomber, les mordiller et d’entendre son parent raconter.

 

Dès 10 - 12 mois : JEU FONCTIONNEL

Vos enfants pourront démarrer leurs premières constructions (cubes, boîtes en cartons, blocs à empiler…), s’amuseront avec des jouets à tirer, à pousser, des boîtes à formes à encastrer...). Leurs jeux sont fonctionnels, ils découvrent l’utilisation des objets dans leur fonction habituelle (gribouillage avec un crayon, lancer une balle, faire avancer une voiture, mettre un chapeau sur la tête, tourner les pages d’un livre…). Ils commenceront à pointer du doigt et apprécieront qu’on nomme ce qu’ils pointent. Ils auront besoin d’être encouragés dans leurs expérimentations.

 

Dès 18 mois: JEU DE FAIRE SEMBLANT

L’enfant commencera à réaliser une action en dehors de son contexte. Il a la capacité d’imiter de façon différée des situations vécues. Il utilisera ses capacités de représentation et d’imagination pour faire semblant. Ce temps du jeu n'est pas de l'ordre du réel mais à ce moment là, il pourra ressentir réellement des émotions pouvant réparer des blessures vécues dans la réalité. Faire semblant l’aidera à s’approprier les règles sociales et les interdits.

Concrètement, il pourra mettre en scène des personnages, des ustensiles (poupons, dinette, figurines, établi, animaux, marionnettes…) pour inventer une histoire puis, plus tard, créer un scénario en détournant l’objet de sa fonction initiale (ex : faire un micro avec un bâton ; le seau devient un chapeau ; un carton pourra permettre de créer un restaurant…). Enfin, il ira jusqu’à inventer des scénarios sans support, avec des objets imaginaires. L’enrichissement du langage favorisera le développement progressif des jeux de l’enfant.

Ces jeux continueront d’accompagner l’enfant (apogée entre 4 et 7 ans) jusqu’à la préadolescence (10-12 ans) avec des scénarisations de plus en plus complexes.

 

A partir de 4 ans et bien au delà: JEUX DE REGLES

Ces jeux (memorys, lotos, jeux de société…) représentent le début des jeux socialisés.  On peut, au début, laisser l'enfant libre de ne pas suivre les règles à la lettre, suivre ce qu'il en a compris ou les aménager à sa façon en  lui permettant de faire évoluer les règles.  L'important est, à ce stade, qu'il se sente en maîtrise et en capacité de jouer. Progressivement, ce type de jeu sera un bon moyen pour l’enfant d’apprendre à respecter les tours de rôle, à résoudre des problèmes, à fonctionner avec les autres.

L’enfant apprend par l’imitation. Quand l’adulte perd, il voit comment son parent se comporte et ainsi cela peut lui montrer que gagner ou perdre dans un jeu n'a aucune conséquence dans le réel, que cela n'entraine rien de grave pour qui que ce soit et que l'important est le plaisir pris à jouer !  Mais si un enfant vit vraiment trop négativement le fait de perdre, ne pas hésiter à jouer avec lui  à des jeux de hasard.  Sans oublier les jeux coopératifs  qui sont de nouveaux moyens de développer l’entraide, la solidarité et l’intelligence collective, sociale.

 

Après  6 ANS : JEUX DE CREATION

A ce stade, l’enfant pourra jouer à la plupart des jeux. Il pourra faire des constructions de plus en plus élaborées ;  les activités manuelles, artistiques, physiques (collages, perles, jeux sportifs…)  pourront prendre davantage de place. L’enfant y épanouira toute sa créativité.

 

ET POUR NOS MULTIPLES….

Nous l’avons vu, le jeu est une véritable préoccupation de l'enfance, il a un rôle unique et vital dans le processus d'apprentissage. Il rend possible la maîtrise et la capacité à se dépasser tout en permettant l’expression de sa singularité.

Cette expression étant particulièrement importante dans le développement propre de nos enfants.

Leur lien gémellaire étant unique, il est important de respecter leur rythme tout en les accompagnant  dans leur individualisation. Ainsi, leur proposer des jeux identiques mais aussi différents, des jeux spécifiques à chacun et des jeux communs (surtout ceux qui se jouent à plusieurs) les aideront en ce sens.

Il est important de se rappeler que l’enfant est en train de se construire et passe par différentes phases. Ainsi, cela peut être extrêmement difficile pour lui de prêter. La notion de partage pourra réellement se développer à partir de 4 ans, quand il arrivera vraiment à se dissocier des autres. Ainsi, l’enfant pourra comprendre, petit à petit, l’idée de propriété et parviendra à apprivoiser la frustration de ne pas avoir tout ce dont il a envie. Le rôle de l’adulte sera de l’accompagner en ce sens.

Ainsi, il est important de respecter les jouets de chacun et de ne pas les obliger à les prêter.  Ceci est vrai pour chaque enfant et sans doute encore plus pour nos multiples.

Le manque de temps est fréquent dans notre société et particulièrement vrai dans les familles de jumeaux ou triplés. Réfléchir à ce qui est le plus important en tant que parent pourra permettre de faire du tri entre nos priorités car prendre le temps de jouer avec ses enfants et donc de les accompagner dans leur épanouissement tout en prenant du plaisir peut s’intégrer au quotidien.

Se rappeler que ce n’est pas la longueur de l’activité qui compte mais l’intensité du moment partagé.

De plus, il est important de s’organiser pour s’accorder des moments spécifiques avec chaque enfant (même 10 min par jour) , ceci  sera bénéfique pour le parent et l’enfant. Sans oublier que l’avantage qu’ils soient à deux (ou plus) est qu’ils jouent souvent ensemble et que cela peut laisser un peu de temps pour d’autres priorités.

Un point positif est qu’il a été montré que leur construction spécifique leur permettra très fréquemment de parvenir  à jouer plus précocement que les autres enfants aux jeux mettant en œuvre des compétences sociales.

Toutefois, pour apaiser les conflits, oppositions et diminuer les situations où  les émotions de jalousie et de frustration prennent de la place, les jeux coopératifs seront des alliés précieux.  La coopération leur permettra de multiplier leurs idées et leurs talents. Leur créativité sera développée et la rivalité n’aura pas de place dans ces jeux. Leur individualité pourra se marquer, chacun pourra prendre position et être écouté puisqu’ils seront orientés vers un objectif commun.

TABLEAU REPRENANT PRECISEMENT LES JEUX SELON LES AGES :

AGE

JOUETS

INTERETS

 

0 A 6 MOIS

- Mobiles à suspendre.

àVous pouvez en acheter ou en fabriquer. Pour cela, accrocher un fil haut en l’air avec des objets sur des pinces à linge  (plume, cuillère, miroir, éponge bicolore…) 

- Hochets simples

- Anneaux de dentition

- Boîtes à musique

- Peluches

Bébé aime vous voir, voir les contrastes des couleurs, les mouvements, écouter les sons, toucher.

 

Vous pouvez prendre votre bébé dans vos bras ou l’installer dans un transat.

 

Tous ces jouets éveillent ses sens. N’hésitez pas à lui parler, à lui expliquer toutes ces choses qu’il découvre.

 

6 A 12 MOIS

-Jouets sonores, comptines chantées avec vous

- Jouets à jeter à terre, bobines à faire rouler

- Cubes à encastrer

- Tableaux de découvertes, tapis d’éveil

- Jouets flottants pour le bain

- Magazines à manipuler, à froisser (sous la surveillance d’un adulte)

- Livres en plastique, en tissu, carton

- Figurines en caoutchouc

- Clés, anneaux multicolores, colliers de dentition

- Doudous

Bébé aime entendre des sons, les voix des personnes proches, toucher les choses, mordre (ses premières dents apparaissent),  s’intéresse à son corps, il tient assis seul. Les premiers éclats de rire apparaissent, il aime jouer avec vous.

Il parvient à prendre et à relâcher de façon volontaire et alterne les objets d’une main à l’autre. Manipuler les jouets lui permettra de développer sa préhension, la coordination de ses gestes.

Jeter et ramasser ses jouets dans son parc favorise un bon équilibre.

Vers 8-9 mois, la conscience de la séparation apparaît, le doudou peut représenter l’objet transitionnel pouvant l’aider à mieux vivre cette période. Le laisser faire son choix.

1 A 2 ANS

- Jouets à pousser, à tirer

- Jouets de constructions

- Boîtes à formes

- Ballons

-Petites voitures (sur lesquelles on peut monter)

- Livres divers, imagiers

- Seaux, pelles (avec du sable)

- cercles et gobelets à emboîter

- Trains sur rails

- Premiers puzzles (avec formes à encastrer)

Commenter et renforcer positivement ce qu’il réalise. Cela sera bénéfique pour sa construction et aidera au développement de son langage.

 

Il aime mettre, enlever et superposer les éléments. Sa préhension et son relâchement sont précis. Il marche seul.

 

L’ensemble de ces jeux développent la vitalité, l’endurance, l’intelligence, les notions de volumes, le sens des formes différentes.

2 A 4 ANS

-  Jeu de « cache cache »

- Portique (balançoire, toboggans) ; jeux pour sauter, grimper, lancer…

- Accessoires pour jouer à « faire semblant » (téléphone, poupées, animaux miniatures, ferme, déguisements, établi …)

- Crayons de couleurs pour dessiner, peinture à l’eau, au doigt

- Terre, eau, sable, pâte à modeler

- Livres, histoires à raconter par papa, maman…

- Comptines et chansons (+ gestes)

Le laisser découvrir, faire à sa façon et le guider, lui laisser le droit de se tromper.

Il aime se mouvoir, se balancer, chevaucher, pousser, toucher de la matière, gribouiller, mimer, la musique.

 

Il apprend la notion de vitesse, il développe sa logique, ses connaissances, sa créativité, il précise ses gestes, enrichit son langage et sa mémoire.

Il  fait des rapprochements entre ce qu’il voit sur les images et son vécu.

4 A 6 ANS

 Toutes sortes de « jeux de règles » :

- Jeux d’adresse (fléchettes, jeux de billes, « Mikado », « SOS Ouistiti »…)

- Jeux de hasard ( « les petits chevaux », « Jeu de l’oie », « Croque carotte »,  jeu de dominos, « La bataille » …)

- Jeux d’observation (lotos avec des images, «  Jeu du Lynx », « Dobble »…)

- Jeux de stratégie (« Jeu de  7 familles », « Bataille navale »…)

Jeux de mémoire (Memory, « pique plume », « les sardines » )

Jeux de coopération («  Jeu du loup » , « Sauve moutons »,  « La forêt enchantée », « Le verger »,      «  Le woolfy » , « Le bal masqué des coccinelles » …)

 

L’enfant joue de moins en moins solitairement, il apprécie les activités ludiques avec les autres.

 

La scolarisation favorise la mise en place de ce type de jeux. Il apprend les fondements de la vie en société. Ces jeux lui permettent d’apprendre même si l’enfant n’est pas dans un processus d’apprentissage en se mettant à jouer.

 

En famille, les jeux de société sont des moments précieux à partager.

6 ANS ET AU

DELA

De multiples jeux à règles sont possibles avec les mêmes principes que de 4 à 6 ans (stratégie, mémoire, observation, adresse…). Il existe de grands classiques « La bonne paye », « Monopoly », « 1000 bornes », « Qui est-ce », « Uno », « Puissance 4 », « Scrabble », « Cluedo »..).

Des jeux avec des constructions de plus en plus élaboré (kapla, légos…).

En jeu coopératif, il existe, par exemple, « Après l’orage », « Hortifolie’s », « Graine d’Explorateur », « Aya »…

Les enfants apprécieront toujours les déguisements, les jeux de plein air, les jeux favorisant les loisirs créatifs…

 

Le potentiel créatif, imaginaire et logique de votre enfant pourra s’élargir et se développer tout au long de son enfance puis de son adolescence.

 

Sa personnalité est en train de se construire.

Ainsi, lui proposer différents jeux pour qu’il puisse s’épanouir dans différents domaines et trouver les jeux qui lui correspondent le plus par rapport à ses compétences propres.

 

Laissez-le expérimenter et faire ses propres choix. Les jeux restent des activités libres.

 Delphine DARQUE

Maman de jumeaux et orthophoniste

 

Références utilisées :

ANTHEUNIS, P., ERCOLANI-BERTRAND, F., ROY, S. (2005). Dialogoris 0/4 ans Othophoniste. Com-Medic.

BARBIER, I. L’accompagnement parental, (2004). Ortho Edition. (Livre 4 : le jeu)

BEAUMARTIN, A., LATERRASSE, C. (1997). La psychologie de l’enfant. Toulouse, Les Essentiels Milan.

FILLIOZAT, I. (2011) J’ai tout essayé. Poche Marabout.

GASSIER, J. (1996) Cahiers de puériculture. Développement psychomoteur de l’enfant. Masson (tome 7).

 JOLY, F. Jouer… Le jeu dans le développement, la pathologie et la thérapeutique (2015). In press. (p 73-81).

Compte-rendu de conférence organisée par l’association PaMaNa  (2015) "Accompagner, par le jeu, le développement de l'enfant de 0 à 10 ans." Animée par  Nadège HABERBUSCH

 

http://www.blogorthophonie.com/chronique-2090

http://www.colibris-lemouvement.org/revolution/revolutionner-leducation/5-actions-pour-revolutionner-leducation/decouvre-les-jeux

http://www.jeux-cooperatifs.com

http://jumeauxandco.com/interviews/conseils-dexperts/jumeaux-et-accordage-affectif/

http://www.jumeaux-et-plus.fr/carnet-pratique/la-scolarite-des-multiples/

http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Apprendre/56/0/Ress_c1_jouer_symbolique_474560.pdf

http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Apprendre/14/6/Ress_c1_jouer_regles_459146.pdf

https://lesvendredisintellos.com/2015/05/31/et-si-on-jouait-limportance-du-jeu-parentenfants-pour-isabelle-filliozat/

http://www.mpedia.fr/147-age-jeux.html

http://www.vosquestionsdeparents.fr/dossier/809/psychologie-de-lenfant-il-ne-veut-pas-preter/page/2

http://www.psychomot.ups-tlse.fr/perrin2011.pdf